search-form-close
La tension monte entre l’Égypte et le Soudan

La tension monte entre l’Égypte et le Soudan

La tension est montée d’un cran entre l’Égypte et le Soudan en raison du différend qui oppose les deux pays sur la région frontalière de Hala’ib. Contrôlée de force par l’armée égyptienne depuis 1995 et réclamée par le Soudan, cette région continue d’être le principal sujet de conflit entre les deux voisins.

Mercredi, le ministre soudanais de la Défense, Awad Ibn Auf, a indiqué que les militaires soudanais subissaient « des provocations et un harcèlement » de la part de leurs homologues égyptiens positionnés dans la zone, selon le site Sudantribune repris par Al Quds Al Arabi.

« L’armée égyptienne provoque et harcèle nos forces à Hala’ib, tandis que nous nous retenons jusqu’à ce qu’une solution politique soit trouvée », a déclaré le ministre soudanais devant le parlement.

Au mois de février, le président soudanais, Omar El Béchir, a menacé de recourir au Conseil de sécurité des Nations Unies, si le Caire refusait de renégocier le statut de cette région.

Omar El Béchir semble déterminé à faire valoir la souveraineté de son pays sur le Triangle de Hala’ib. En mars, un comité, composé des différentes autorités soudanaises compétentes, a été créé pour faire sortir l’Égypte de cette zone frontalière par les moyens diplomatiques, selon Abdullah al-Sadiq, président du Comité technique soudanais pour la démarcation de la frontière, cité par Al Arabiya.

Face à l’offensive diplomatique soudanaise, les autorités égyptiennes tentent de calmer le jeu. Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Chokri, a fait savoir « qu’une visite » à Karthoum « a été programmée pour la semaine prochaine pour aborder tous les sujets d’intérêt commun et mettre fin à tout malentendu », selon Al Quds Al Arabi.

« L’Égypte voudrait renforcer les relations importantes qui la lient au Soudan et clarifier les choses pour qu’aucun malentendu n’affecte nos relations », a-t-il dit.

  • Les derniers articles