search-form-close
La mobilisation se poursuit pour la libération du journaliste Khaled Drareni

La mobilisation se poursuit pour la libération du journaliste Khaled Drareni

Le Comité pour la protection des journalistes (Committee to Protect Journalists, CPJ), une ONG basée aux Etats-Unis, a appelé ce lundi à « libérer immédiatement » le journaliste Khaled Drareni, en détention depuis son arrestation le 7 mars dernier alors qu’il couvrait les manifestations populaires contre le pouvoir.

« Khaled Drareni travaille sans relâche pour couvrir l’actualité pour ses compatriotes algériens et pour une audience internationale. Sa récompense ne devrait pas être une détention arbitraire basée sur des poursuites fallacieuses », a déclaré Sherif Mansour, responsable du CPJ dans la région Mena, cité dans un communiqué de l’ONG. « Les autorités algériennes doivent libérer immédiatement Drareni et s’assurer que tous les journalistes puissent faire leur travail sans risque d’emprisonnement », a souligné M. Mansour.

L’appel du CPJ rejoint celui lancé également la veille par la Fédération internationale des journalistes (FIJ), qui a exigé ce lundi la libération immédiate du journaliste Khaled Drareni. « Khaled Drareni n’a fait qu’exercer son métier de journaliste et son arrestation est scandaleuse. Nous exigeons sa libération immédiate », a affirmé Anthony Bellanger, secrétaire général de la FIJ.

En Algérie, une déclaration publiée ce lundi et signé par environ 250 médias et journalistes a appelé à la libération « immédiate et inconditionnelle » de Khaled Drareni. « Nous affirmons avec la plus grande vigueur que la couverture des manifestations populaires fait partie, totalement et sans aucune limite, de notre activité professionnelle », affirme la déclaration.

« Le journalisme n’est pas un crime », souligne en outre l’appel qui met le ministre de la Communication, Amar Belhimer, devant ses « responsabilités politiques et morales, étant formellement en charge du secteur de l’Information et faisant souvent valoir son statut d’ancien journaliste ». Plusieurs sit-in ont dans ce contexte été organisés par la corporation devant le tribunal de Sidi M’hamed en soutien à leur confrère Khaled Drareni.

Par ailleurs, le Comité national pour la libération des détenus a indiqué que le procureur du tribunal de Sidi M’hamed a entendu Khaled Drareni, Samir Benlarbi et Slimane Hamitouche. « Reste encore Toufik Hassani avant la décision du juge d’instruction », a ajouté le CNLD vers 11 heures.

  • Les derniers articles