search-form-close
Du rififi à la Confédération syndicale des forces productives

Du rififi à la Confédération syndicale des forces productives

Que se passe-t-il à la Confédération syndicale des forces productives (Cosyfop) ?

Zakaria Benhaddad, membre du bureau national de la Confédération syndicale des forces productives (Cosyfop) : en tant que membres du conseil national, nous avons enregistré plusieurs infractions au sein du Conseil de la Cosyfop. Nous avons alors appelé à convoquer un conseil fédéral pour des clarifications, notamment en présence du président et du secrétaire général.

Quelles sont ces infractions auxquelles vous faites allusions ?

Parmi ces infractions la fermeture du siège de la Confédération pour une durée de 3 mois et le changement des serrures, ainsi que l’absence totale de communication avec certains membres du bureau national de la Cosyfop et les représentants des syndicats affiliés à la Confédération (au nombre de 9 syndicats). De plus, le président prend des positions politiques et diffuse des commentaires sur la page officielle de la Cosyfop sans en référer aux membres du bureau national. Par ailleurs, le président de la Cosyfop adresse des plaintes à l’Organisation internationale du travail (OIT) sans que les membres du bureau national n’aient pris connaissance de leurs contenus. Cette situation nous a interpellés et nous avons appelé à convoquer un conseil fédéral pour que le président et le SG fournissent des explications.

Qui a été derrière ces décisions de fermer le siège et couper toutes les communications ?

La décision a été prise par le président de la Confédération (Raouf Mellal, Ndlr) et le SG sans aucune explication. Il faut savoir qu’aujourd’hui, le président de la Confédération a quitté le territoire national en coupant toutes les communications avec nous. Il nous a même bloqués sur la page Facebook et même sur téléphone.

Nous devions tenir aujourd’hui 5 février une réunion du Conseil fédéral de la confédération, malheureusement ils ne sont pas venus (le président et le SG). Nous avons été informés par la police que le siège de la Cosyfop était interdit d’activité jusqu’à nouvel ordre, document à l’appui. Le président de la confédération a été déjà informé de cette décision mais il n’a pas avisé les autres membres. Pour notre part, nous ignorons les raisons de cette décision.

Quelle sera la prochaine démarche que vous allez entreprendre ?

Nous allons donner un délai de 10 à 15 jours, si aucune réponse ne nous parvient du président de la confédération et du SG, nous allons convoquer un congrès national extraordinaire pour retirer la confiance à l’actuel président et nous procéderons à l’élection d’un nouveau bureau et la désignation d’un nouveau président.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close