search-form-close
Des ONG appellent à libérer le journaliste Khaled Drareni

Des ONG appellent à libérer le journaliste Khaled Drareni

Plusieurs ONG internationales de défense des droits de l’Homme et de la liberté de la presse ont dénoncé la mise sous mandat de dépôt du journaliste Khaled Drareni, critiquant l’emprisonnement d’un journaliste en pleine épidémie du coronavirus.

Le Comité pour la protection des journalistes (Committee to Protect Journalists, CPJ), une ONG basée aux États-Unis, a appelé ce vendredi à « abandonner toutes les poursuites » et à libérer le journaliste Khaled Drareni.

« A une période où la pandémie de Covid-19 met en évidence l’importance de rapporter des faits exacts, les autorités algériennes ont préféré opter pour restreindre la libre circulation de l’information », a dénoncé l’ONG.

« Les autorités algériennes doivent libérer Khaled Drareni de cette peine de prison ridicule et abandonner toutes les poursuites retenues contre lui », a-t-elle souligné. L’ONG rappelle que trois journalistes sont actuellement emprisonnés en Algérie.

Khaled Drareni avait été arrêté le 7 mars dernier alors qu’il couvrait le troisième samedi de manifestations populaires contre le pouvoir. Placé en garde à vue pendant trois jours, il s’est vu assigner des poursuites sous les chefs d’accusation « incitation à attroupement non armé » et « atteinte à l’intégrité du territoire national ». Initialement placé sous contrôle judiciaire, les autorités ont annulé cette décision le 25 mars, optant pour son placement en détention provisoire. Il a été arrêté hier en fin de journée par la police.

L’ONG Reporters Sans Frontières (RSF), dont Khaled Drareni est correspondant, a également dénoncé ce vendredi la mise sous mandat de dépôt du journaliste. « RSF dénonce l’utilisation éhontée du Covid-19 par le régime algérien pour régler ses comptes avec le journalisme libre et indépendant », a fustigé l’ONG.

L’ONG Human Rights Watch (HRW) a également dénoncé la mise sous mandat de dépôt de Khaled Drareni. « Le pouvoir profite de ce que le monde est occupé par le Coronavirus pour accélérer la répression du Hirak », a dénoncé ce mercredi Ahmed Benchemsi, directeur de la communication de HRW dans la région MENA.

Khaled Drareni a par ailleurs bénéficié du soutien de Pierre Audin, fils de Josette et Maurice Audin, qui a appelé publiquement ce vendredi dans les colonnes d’Humanité à la libération du journaliste. « Le pouvoir algérien ne supporte pas ce qui lui échappe. C’est aussi pourquoi le peuple algérien ne supporte plus ce système », a dénoncé M. Audin.

« Il est urgent que Khaled Drareni soit libéré et que cesse le harcèlement qu’il subit de la part des police et justice algériennes », a-t-il appelé.

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH) avait pour rappel appelé ce mercredi à l’ajournement du placement en détention préventive de Khaled Drareni, à cause de la situation sanitaire actuelle.

« La mise en détention préventive est une mesure exceptionnelle en vertu des dispositions de la constitution et du code de procédure pénale. L’épidémie du coronavirus exige au contraire d’alléger la pression carcérale pour éviter la propagation du virus. La LADDH appelle à l’ajournement de la mise en détention préventive de Khaled Drareni », a écrit Noureddine Benissad, avocat et président de la LADDH, rappelant que Khaled Drareni « ne faisait que couvrir une manifestation en sa qualité de journaliste indépendant ».

  • Les derniers articles