search-form-close
52e vendredi : le dernier avant l’anniversaire du hirak

52e vendredi : le dernier avant l’anniversaire du hirak

Cinquante-deuxième vendredi, le dernier acte du hirak avant celui qui marquera, vendredi 21 février, la célébration de la première année du mouvement populaire.

Ce 14 février, les Algériens devraient encore sortir dans les rues pour réaffirmer leur détermination à aller jusqu’au bout dans leur mouvement, et confirmer le retour de la mobilisation constaté ces deux dernières semaines.

Lors des marches des 50e et 51e vendredis, il y avait nettement plus de monde dans la rue par rapport aux week-ends précédents.

La tendance est donc à la montée crescendo de la mobilisation à mesure qu’approche le premier anniversaire du hirak pour lequel d’autres manifestations plus importantes devraient avoir lieu au vu des appels lancés quotidiennement sur les réseaux sociaux.

Comme lors des marches du 5 juillet et du 1er novembre, les observateurs s’attendent à une très forte mobilisation pour celles du 21 février qui symboliseront la longévité, la ténacité et l’unité du mouvement.

Un mouvement sans doute unique au monde, avec des marches pacifiques organisées pendant 53 semaines, soit une année pleine, sans discontinuer, en dépit des pressions et entraves.

L’autre particularité du hirak algérien c’est d’avoir gardé le cap sur ses revendications. Déclenchée le 22 février pour s’opposer au cinquième mandat de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, la contestation a revu ses exigences dès la démission de ce dernier, le 2 avril, appelant au départ de tout le système et l’édification d’une « nouvelle république ».

Le nouveau président, élu le 12 décembre dernier, ne cesse de répéter qu’il concrétisera « toutes les revendications du hirak », à travers justement l’édification d’une « Algérie nouvelle ».

La mobilisation, après avoir marqué le pas après les élections présidentielles, reprend à mesure que le premier anniversaire du hirak approche et que les jours passent sans percevoir dans l’attitude du pouvoir une volonté franche d’aller vers le changement.

L’ouverture se fait à petites doses et à pas hésitant près de deux mois après l’entrée en fonction du nouveau président. L’ambivalence des autorités vis-à-vis de la question des détenus d’opinion, par exemple, ainsi que les craintes justifiées d’un retour aux anciens pratiques, constituent des raisons supplémentaires qui font que les manifestants ne lâchent pas la pression.

Beaucoup de détenus ont retrouvé la liberté, dont l’étudiante de Tlemcen Nour el Houda Oggadi, condamnée ce jeudi à un mois de prison ferme, et dont le hirak n’a eu de cesse de demander la libération lors des marches estudiantines du mardi.

Ces derniers jours, on a assisté à une cascade de relaxes, notamment à Aïn Témouchent et Tlemcen où plus d’une cinquantaine de manifestants et d’activistes ont été innocentés par les tribunaux.

Ce qui constitue une bonne nouvelle sur la voie de l’apaisement tant réclamé par la classe politique, mais il reste encore derrière les barreaux des manifestants et animateurs du hirak, dont Karim Tabbou, Fodil Boumala et Abdelouahab Fersaoui, pour ne citer que les plus connus.

L’exigence de la libération de tous les détenus devrait être en tête des slogans et pancartes de ce 52e vendredi, de même que devrait être réitérée la revendication d’une justice indépendante.

La question est revenue cette semaine sur le devant de la scène suite aux représailles qui ont ciblé le substitut du procureur de Sidi M’hamed, Sidahmed Belhadi, muté dans une localité du sud du pays pour avoir, à la surprise générale, demandé la relaxe d’une vingtaine de manifestants et plaidé pour l’indépendance de l’appareil judiciaire.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close